Sélection de la langue

Rapport d’enquête sur la sécurité du transport ferroviaire R14D0011

Le BST a terminé cette enquête. Le rapport a été publié le 6 août 2015.

Table des matières

Collision et déraillement


entre un train de triage et le train de marchandises Q12111-21
exploités par le Canadien National
point milliaire 3,5 de la subdivision de Montréal
Montréal (Québec)

Voir le rapport final

L'événement

Le 23 février 2014, un train facultatif de manœuvre du Canadien National (locomotive télécommandée [LCS] Y4XS01) roulant vers l'est sur la voie des trains de marchandises (Montreal Sub) a dépassé le signal ARRÊT 506LC à Saint-Henri et a percuté latéralement le train Q12111-21, qui roulait vers l'ouest sur la voie nord.

La collision a entraîné le déraillement des locomotives CN 7208 et CN 7224 ainsi que des wagons SOO 122215 (toutes les roues) et SOO 121820 (1er bogie) du train télécommandé. Les wagons DTTX 751569 (12e), DTTX 728524 (13e), DTTX 647090 (14e), CNRU 289824 (wagon porte-conteneurs; 15e), DTTX 680453 (15e), DTTX 467851 (16e) et DTTX 725089 (17e) du train Q121 ont été endommagés, mais n'ont pas déraillé. Aucune marchandise dangereuse n'était en cause, mais le réservoir de carburant de la locomotive CN 7224 a toutefois été endommagé, entraînant le déversement d'environ 1500 litres de carburant diesel. Le déversement ayant été maîtrisé, il n'y a pas eu de dommages environnementaux. Il n'y a eu aucun blessé. Les autorités du CN ont été dépêchées. Un enquêteur du BST du bureau régional de Dorval a été dépêché sur les lieux et a ouvert une enquête.


Informations d'enquête

Carte de la région


Enquêteur désigné

Photo de Ian Perkins

Ian Perkins a travaillé 10 années pour le Chemin de fer Canadien Pacifique en tant que chef de train et mécanicien. Plus récemment, il a collaboré à la formation et au renouvellement de la certification des mécaniciens de locomotive et des chefs de train. Il a récemment intégré l'équipe du BST à titre d'enquêteur dans la région de Québec.


  Voir des images en haute résolution sur la page Flickr du BST.

Catégorie de l’enquête

Cette enquête est une enquête de catégorie 3. Dans le cadre de ces enquêtes, on analyse un petit nombre de problèmes de sécurité. Parfois, ces enquêtes donnent lieu à des recommandations. Les enquêtes de catégorie 3 se concluent généralement en 450 jours. Pour de plus amples renseignements, consultez la Politique de classification des événements.

Processus d'enquête du BST

Une enquête du BST se déroule en 3 étapes :

  1. L'étape du travail sur le terrain : une équipe d'enquêteurs examine le lieu de l'événement et l'épave, interviewe les témoins et recueille toute l'information pertinente.
  2. L'étape d'examen et d'analyse : le BST examine toute la documentation liée au dossier, effectue des tests en laboratoire sur des composantes de l'épave, établit la chronologie des événements et identifie toute lacune en matière de sécurité. Lorsque le BST soupçonne ou constate des lacunes en matière de sécurité, il en informe sans tarder les organismes concernés sans attendre la parution du rapport final.
  3. L'étape de production du rapport : une version confidentielle du rapport est approuvée par le Bureau et envoyée aux personnes et organismes qui sont directement touchés par le rapport. Ceux-ci ont l'occasion de contester ou de corriger l'information qu'ils jugent erronée. Le Bureau tient compte de toutes les observations fournies avant d'approuver la version définitive du rapport, qui est ensuite publiée.

Vous trouverez de plus amples détails à la page sur le Déroulement des enquêtes.

Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements de transport aérien, ferroviaire, maritime et pipelinier. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.