Sélection de la langue

Enquête sur la sécurité du transport ferroviaire R20W0025

Table des matières

Déraillement d’un train en voie principale

Chemin de fer Canadien Pacifique
Point milliaire 43,4, subdivision de Sutherland
Près de Guernesey (Saskatchewan)

L'événement

Veuillez noter que les renseignements qui suivent sont préliminaires et pourraient changer au cours de l’enquête du BST.

Le , un train-bloc du Chemin de fer Canadien Pacifique (CP) transportant du pétrole brut circulait vers l’est à environ 42 mi/h sur la subdivision de Sutherland du CP. Le train était parti de Rosyth (Alberta) à destination de Stroud (Oklahoma, États-Unis). À 6 h 15, heure normale du Centre, il y a eu freinage d’urgence provenant de la conduite générale du train au point milliaire 43,4, à environ 1,5 mille à l’ouest de Guernsey (Saskatchewan). Un examen réalisé par la suite a permis de déterminer que 32 wagons-citernes (lignes 32 à 63, inclusivement) avaient déraillé. Plusieurs wagons-citernes ont subi des brèches et une quantité indéterminée de pétrole brut a été déversée. Le produit s’est enflammé et a engendré un feu en nappe touchant un certain nombre de wagons-citernes. Aucune blessure n’a été signalée. Par mesure de précaution, le préfet de la ville de Guernesey a exigé l’évacuation de quelque 85 personnes. La température au moment de l’accident était d’environ −18 °C.

Ce que nous savons

L’équipe de conduite était composée d’un mécanicien de locomotive et d’un chef de train. Le train était composé de 2 locomotives à traction répartie (1 à la tête et 1 à la queue du train), d’un wagon-trémie couvert chargé de sable à la position 2, suivi de 104 wagons-citernes chargés de pétrole brut (UN1267, classe 3, GE I) puis d’un autre wagon-trémie couvert chargé de sable en 107e position (108 matériels roulants au total). Le train pesait 14 896 tonnes et mesurait 6445 pieds de longueur. 

Les wagons-citernes déraillés étaient tous des wagons-citernes DOT 117J100-W. Les wagons-citernes des lignes 32 à 63 (32 wagons) ont déraillé. Un des wagons déraillés qui était resté à la verticale n’a subi aucun autre dommage et a été remis sur les rails par la suite. On estime que 19 des 31 wagons-citernes déraillés restants ont déraillé du côté ouest du passage à niveau et ont été touchés par un feu en nappe engendré par le produit déversé, et que les 12 autres wagons-citernes ont déraillé du côté est du passage à niveau mais n’ont pas été directement touchés par l’incendie.

Jusqu’à présent, on n’a constaté aucune défaillance mécanique pouvant être considérée comme un facteur causal. Un examen des données téléchargées du consignateur d’événements de la locomotive a permis de déterminer que le train avait été exploité conformément aux exigences de la réglementation et de la compagnie.

Le type de pétrole brut en cause dans cet événement avait des propriétés semblables au pétrole brut évalué par le BST dans le cadre d’enquêtes antérieures portant sur du pétrole brutNote de bas de page 1

Travaux réalisés et en cours

L’enquête en est actuellement à l’étape du travail sur le terrain. Trois enquêteurs du BST travaillent avec des enquêteurs du National Transportation Safety Board (NTSB) des États-Unis et du fabricant des wagons-citernes (Trinity) en vue de collecter des renseignements du lieu de l’événement.

Chaque wagon-citerne doit être nettoyé, purgé, préparé et mis à un endroit convenable avant l’inspection. En date du 12 février 2020, environ 17 des wagons-citernes déraillés ont été examinés et plusieurs d’entre eux présentent des brèches.

Toute quantité de produit récupérée pendant la restauration du site sera consignée dans un registre afin de déterminer de façon plus précise la quantité de produit déversée sur le sol ou dans l’atmosphère. Le produit semble avoir été en majeure partie contenu dans un grand fossé entre la voie ferrée et l’autoroute 16, au nord de la voie ferrée. Aucune voie d’eau ne semble avoir été touchée. Une estimation plus précise de la quantité de produit perdue sera disponible lorsque les travaux sur place seront achevés.

Prochaines étapes

L’industrie est vivement intéressée à documenter le rendement des wagons-citernes DOT 117J100-W (intégrité du confinement et résistance au feu). L’examen détaillé de tous les wagons-citernes déraillés se poursuivra sur place, malgré des conditions difficiles, jusqu’à ce qu’il soit terminé.

Une fois que les travaux sur place seront achevés, tous les renseignements disponibles seront examinés de manière à évaluer de façon plus précise les dommages subis par les wagons-citernes et la quantité de produit déversée. Ce travail prendra un certain temps.

Toute composante de wagon-citerne ou de voie ferrée récupérée sur le lieu de l’accident et présentant un intérêt sera envoyée au Laboratoire d’ingénierie du BST à Ottawa aux fins d’analyse approfondie.


Communications en matière de sécurité

2020-04-03

Avis de sécurité ferroviaire 617-02/20: Modification de la vitesse de trains clés en fonction de divers profils de risques des trains

2020-04-03

Avis de sécurité ferroviaire 617-03/20: Normes de la voie renforcées pour les itinéraires clés


Ressources pour les médias

Avis de déploiement

2020-02-06

Le BST envoie une équipe d’enquêteurs sur les lieux d’un déraillement de train près de Guernsey (Saskatchewan)

Winnipeg (Manitoba), le 6 février 2020 — Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) envoie une équipe d’enquêteurs sur les lieux d’un déraillement impliquant un train du Canadien Pacifique près de Guernsey (Saskatchewan). Le BST ira recueillir des informations et évaluer l'événement.


Informations d'enquête

Carte de la région




Enquêteur désigné

Photo de Rob Johnston

Depuis 2001, M. Rob Johnston travaille au Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST). Il a occupé le poste d’enquêteur principal régional à Winnipeg jusqu’en 2004, année où il est devenu enquêteur principal, agent des normes et de la formation à l’Administration centrale du BST à Gatineau (Québec). Il est devenu le gestionnaire des Opérations de la région du Centre en novembre 2009 et il a agi en tant que directeur intérimaire de la Direction des enquêtes (Rail/Pipeline) pendant 9 mois en 2010-2011.

Il gère actuellement six membres du personnel, soit des enquêteurs des secteurs ferroviaire et des pipelines à Winnipeg, Toronto et Ottawa et il est responsable de toutes les activités des enquêtes ferroviaires de la région du Centre qui s’étend de Cornwall, en Ontario à tout près de la frontière entre l’Alberta et le Saskatchewan.

Au cours de sa carrière au BST, M. Johnston a participé à plus de 100 enquêtes sur des accidents, y compris 14 enquêtes majeures à titre d’enquêteur désigné ou en tant que membre d’une équipe d’enquête fournissant une expertise technique.

Avant de se joindre au BST, M. Johnston a travaillé au sein du groupe Prévention des accidents ferroviaires du Chemin de fer Canadien Pacifique de 1984 à 2001. Durant ces années, il a acquis une expérience considérable en ce qui a trait à l’exploitation mécanique, à l’analyse des défaillances et aux marchandises dangereuses.


Photos

  Voir des images en haute résolution sur la page Flickr du BST.

Catégorie de l’enquête

Cette enquête est une enquête de catégorie 2. Ces enquêtes sont complexes et portent sur plusieurs problèmes de sécurité exigeant une analyse approfondie. Les enquêtes de catégorie 2, qui donnent souvent lieu à des recommandations, se concluent généralement en 600 jours. Pour de plus amples renseignements, consultez la Politique de classification des événements.

Processus d'enquête du BST

Une enquête du BST se déroule en 3 étapes :

  1. L'étape du travail sur le terrain : une équipe d'enquêteurs examine le lieu de l'événement et l'épave, interviewe les témoins et recueille toute l'information pertinente.
  2. L'étape d'examen et d'analyse : le BST examine toute la documentation liée au dossier, effectue des tests en laboratoire sur des composantes de l'épave, établit la chronologie des événements et identifie toute lacune en matière de sécurité. Lorsque le BST soupçonne ou constate des lacunes en matière de sécurité, il en informe sans tarder les organismes concernés sans attendre la parution du rapport final.
  3. L'étape de production du rapport : une version confidentielle du rapport est approuvée par le Bureau et envoyée aux personnes et organismes qui sont directement touchés par le rapport. Ceux-ci ont l'occasion de contester ou de corriger l'information qu'ils jugent erronée. Le Bureau tient compte de toutes les observations fournies avant d'approuver la version définitive du rapport, qui est ensuite publiée.

Vous trouverez de plus amples détails à la page sur le Déroulement des enquêtes.

Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements de transport aérien, ferroviaire, maritime et pipelinier. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.