Communiqué

Liens connexes (A18W0116)

L’hypoxie a probablement contribué à la collision mortelle avec le relief d’août 2018 dans la région de Kananaskis, en Alberta

Edmonton (Alberta), le 1er août 2019 – Dans son rapport d'enquête (A18W0116) publié aujourd'hui, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a déterminé que l'hypoxie (un manque d'oxygène en vol) a probablement joué un rôle dans la perte de maîtrise qui a causé un accident d'avion mortel en 2018, sur le mont Rae, en Alberta.

L'après-midi du 1er août 2018, après avoir servi à des travaux de levé pendant deux heures, un avion Piper PA-31 d'Aries Aviation International volait en direction de l'aéroport de Calgary/Springbank (CYBW, Alberta), à 15 000 pieds au-dessus du niveau de la mer, avec à son bord le pilote et un technicien en levés. Alors que l'avion se trouvait à environ 40 milles marins au sud-ouest de l'aéroport, le contrôle de la circulation aérienne a commencé la séquence d'arrivée de l'avion dans l'espace aérien de Calgary. À ce moment, pour des raisons qui n'ont pas pu être déterminées, le moteur droit a commencé à développer beaucoup moins de puissance que le moteur gauche. Environ 90 secondes plus tard, à quelque 13 500 pieds, le pilote a perdu la maîtrise de l'avion, qui a percuté le relief près du sommet du mont Rae à 13 h 36, heure avancée des Rocheuses. Le pilote et le technicien en levés ont subi des blessures mortelles.

L'enquête a établi que même si un ensemble d'oxygène portatif était disponible et activé, le pilote n'a pas utilisé continuellement l'oxygène pendant qu'il volait à plus de 13 000 pieds au-dessus du niveau de la mer, contrairement à ce qu'exige la réglementation, et qu'il a probablement souffert d'hypoxie. L'hypoxie peut entraîner une importante diminution des capacités, mais les symptômes d'hypoxie peuvent apparaître lentement et graduellement. Il est donc possible que le pilote n'en ait pas reconnu les symptômes et qu'il n'ait pas pris de mesures pour rétablir son apport en oxygène. L'enquête a aussi déterminé que si les équipages de conduite ne reçoivent pas de formation pratique sur l'hypoxie, il y a un risque qu'ils n'en reconnaissent pas l'apparition lorsqu'ils volent à des altitudes supérieures à 13 000 pieds sans utiliser constamment l'oxygène d'appoint.

L'avion n'était pas doté d'un enregistreur de données de vol ni d'un enregistreur de conversations de poste de pilotage et n'était pas tenu d'en avoir, selon la réglementation. L'appareil était toutefois doté d'un système de surveillance des données de vol avec caméra. Ce système a fourni des renseignements significatifs qui ont permis aux enquêteurs du BST de mieux comprendre les facteurs contributifs sous-jacents de l'accident.

Consultez la page d’enquête pour obtenir plus d’information.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements de transport aérien, ferroviaire, maritime et pipelinier. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca

Date de modification :