Communiqué

Liens connexes (M18C0018)

L’aptitude au travail citée comme facteur principal d’un malaise cardiaque fatal à bord d’un vraquier en 2018

Québec (Québec), le 6 août 2019 — Dans son rapport d'enquête (M18C0018) publié aujourd'hui, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) rapporte que l'aptitude au travail a été un facteur décisif d'un malaise cardiaque qui est survenu en 2018 à bord du vraquier Sage Amazon, près de Port-Daniel–Gascons (Québec). Le rapport indique que les problèmes d'accès aux dossiers médicaux des membres d'équipage représentent aussi un facteur de risque.

Le 17 mars 2018, le capitaine du vraquier Sage Amazon a été victime d'un malaise cardiaque pendant qu'il se tenait dans l'échelle d'accès d'une cale à marchandise. Il est tombé sur le pont principal et a subi de graves blessures à la tête. À ce moment, le navire était au mouillage à 3 milles marins au large de Port-Daniel–Gascons (Québec). Le capitaine a reçu de l'aide médicale à bord du bateau, dont la réanimation cardiopulmonaire, mais n'a pu être réanimé.

L'enquête a permis de déterminer qu'après qu'il fut tombé de l'échelle, le capitaine a d'abord été soigné pour ses blessures à la tête. Quand on a soulevé la possibilité d'un problème cardiaque, il a été impossible de confirmer l'état cardiaque du capitaine étant donné l'absence de défibrillateur externe automatisé (DEA) à bord du navire. Bien que diverses ressources de recherche et sauvetage furent dépêchées, les premiers intervenants ont mis près de 3 heures pour atteindre le navire; il était alors trop tard pour des soins médicaux.

Le capitaine avait été déclaré apte au travail sans restrictions. Toutefois, un examen de ses dossiers médicaux, mené par un organisme indépendant pour les besoins de cette enquête, a cerné quelques problèmes de santé, dont un malaise cardiaque antérieur, qui auraient dû restreindre la capacité de travail en mer du capitaine. Toutefois, ces problèmes n'ont pas été déclarés au cours du dernier examen médical maritime du capitaine, en 2017. Des enquêtes antérieures du BST avaient démontré que les gens de mer pourraient ne pas déclarer leurs problèmes de santé de peur de perdre leur emploi. Par conséquent, si les médecins-praticiens n'ont pas accès aux renseignements et dossiers médicaux complets, ils pourraient être incapables d'évaluer correctement l'aptitude au travail, ce qui augmente le risque qu'en cas d'urgence médicale, des marins mettent en danger leur vie ainsi que le navire, l'équipage et l'environnement.

De plus, les normes internationales courantes n'incluent pas les DEA dans l'équipement médical standard. Les DEA modernes sont compacts, fiables et faciles à utiliser et sont relativement peu coûteux. Les navires qui en sont munis sont mieux équipés pour répondre à certaines urgences médicales, ce qui pourrait améliorer l'issue de celles-ci. Si les équipages n'ont pas accès à de l'équipement médical comme un DEA, qui pourrait être utile en cas de malaise cardiaque, il y a un risque que le personnel de bord ne reçoive pas les soins médicaux adéquats.

Voir la page d’enquête pour plus d’information.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements de transport aérien, ferroviaire, maritime et pipelinier. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca

Date de modification :