Communiqué

Liens connexes (R18H0105)

Rapport d’enquête : Collision entre un train et un véhicule d’entretien près de Crysler (Ontario) en 2018

Richmond Hill (Ontario), le 25 novembre 2019  — Dans son rapport d’enquête (R18H0105) publié aujourd’hui, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) indique qu’à cause d’une omission dans les procédures de libération de la voie, les employés de l’Ingénierie qui étaient à l’œuvre sur la voie n’ont pu partager rapidement entre eux de l’information essentielle à la sécurité, ce qui a contribué à la collision entre un train et un véhicule d’entretien près de Crysler (Ontario) en octobre 2018.

Peu après minuit le 2 octobre 2018 (HAE), un train de marchandises de la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CN) circulant vers l’ouest traversait un chantier protégé par la règle 42 du Règlement d’exploitation ferroviaire du Canada (REFC) près de Crysler (Ontario) lorsque le côté du train a heurté un véhicule d’entretien de la voie (bourreuse Unimat). Les organes de travail (bourroirs) de la bourreuse étaient déployés à l’horizontale et empiétaient sur la voie adjacente où le train circulait. Les bourroirs de la bourreuse ont été endommagés. Des dispositifs de sécurité sur les deux locomotives et sur trois wagons du train ont été endommagés. Sept autres wagons ont été légèrement endommagés. Il n’y a pas eu de blessé.

Au moment de l’événement, la bourreuse était utilisée par un apprenti supervisé par un opérateur qui assurait sa formation. L’enquête révèle que l’opérateur assurant la formation ne savait pas qu’un train approchait et que les bourroirs du côté de la voie adjacente avaient été levés à l’horizontale et déployés. Le bulletin d’ingénierie du CN n’incluait pas la bourreuse Unimat dans la liste des équipements dont les organes de travail doivent être rétractés et les activités interrompues lorsqu’un train circule sur une voie adjacente. Puisque la bourreuse n’était pas inscrite sur la liste de libération de la voie du sous-contremaître, ce dernier ne l’a pas appelée lorsque le contremaître responsable de la règle 42 lui a intimé de libérer la voie pour le train. Si de l’information vitale pour la sécurité n’est pas exacte et communiquée efficacement à tous les employés de l’Ingénierie, ces derniers risquent de ne pas être au courant des modifications apportées aux pratiques de sécurité au travail, ce qui pourrait augmenter le risque qu’ils se mettent en danger par inadvertance.

À la suite de cet événement, le BST a publié l’avis de sécurité ferroviaire 09/18 à l’intention de Transports Canada (TC) indiquant qu’étant donné les risques potentiels liés à la circulation de trains dans des zones de travaux, TC aimerait peut-être réviser la partie applicable de la règle 42 du REFC qui permet aux travaux d’être poursuivis lorsqu’un train circule sur une voie adjacente.

En outre, la bourreuse Unimat a été ajoutée aux procédures de libération de la voie des services ferroviaires et ces procédures ont été distribuées aux employés du service d’ingénierie de la production travaillant dans la région de l’Est. La compagnie a aussi posé des étiquettes dans les cabines des machines dont l’utilisation est proscrite lorsqu’un train circule sur la voie adjacente.

Voir la page d’enquête pour plus d’information.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements de transport aérien, ferroviaire, maritime et pipelinier. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca

Date de modification :