Risque de collision sur les pistes

La vidéo suivante discute du risque de collision sur les pistes, qui constitue l'un des neuf problèmes de sécurité posant le plus grand risque pour les Canadiens selon le Bureau de la sécurité des transports. Pour plus d'information sur ces problèmes de sécurité, voir la Liste de surveillance 2012.


Transcription de la vidéo

Risque de collision sur les pistes

L'amélioration de la sécurité est au cœur de notre mission au Bureau de la sécurité des transports. En juin 2012, nous avons mis à jour notre Liste de surveillance après des centaines d'enquêtes et de nombreuses heures d'analyse d'accidents. Nous avons pu cerner les enjeux qui présentent les plus grands risques pour les Canadiens et notre système de transport. Parmi ces enjeux, on compte le risque de collision sur les pistes.

Les aéroports sont des endroits très fréquentés. Chaque jour, dans les aéroports canadiens, des dizaines voire des centaines de véhicules et d'aéronefs traversent des pistes en service. Ces croisements ne se font pas toujours en douceur. Un aéronef peut circuler sur une piste sans autorisation, ou un véhicule de l'aéroport peut s'introduire dans une aire de décollage qui semble être hors service. Ces situations, bien qu'involontaires, peuvent entraîner une incursion sur piste. On parle d'incursion sur piste lorsqu'un aéronef, un véhicule ou une personne se retrouve par inadvertance et sans autorisation dans l'aire protégée d'une piste en service. Il y a alors risque de collision avec un aéronef au sol.

De 2001 à 2009, plus de 4 100 incursions sur piste se sont produites au Canada. Compte tenu des millions de décollages et d'atterrissages et de l'activité considérable dans les aéroports, les incursions de ce type sont relativement rares. Mais, elles peuvent avoir des conséquences catastrophiques. Pis encore, depuis que nous avons ajouté cet enjeu à notre Liste de surveillance, le nombre d'incursions s'est accru : en 2010, 351 incidents se sont produits; et en 2011, ce nombre est passé à 446.

Dans le cadre de nos enquêtes, nous avons découvert un certain nombre de risques. Par exemple, aux aéroports contrôlés, les pilotes ne confirment pas toujours les autorisations ou ne les exécutent pas toujours correctement. Aux aéroports non contrôlés, ils ne communiquent pas systématiquement leurs intentions, et ils manquent parfois de prudence lorsqu'ils traversent une piste. Dans certains cas, les contrôleurs de la circulation aérienne n'utilisent pas les phrases standard ou ne demandent pas aux pilotes de confirmer leurs instructions en les répétant. Quant aux aéroports, ils ne sont pas toujours dotés des nouveaux mécanismes de protection technologiques qui pourraient aider les contrôleurs à prévoir les conflits sur les pistes.

Le secteur canadien de l'aviation compte beaucoup sur les gens, les processus et les technologies. C'est pourquoi le BST insiste sur l'amélioration des procédures aéroportuaires et des dispositifs anticollision pour réduire le nombre d'incursions sur piste. Tant que le risque de collision sur les pistes dans les aéroports canadiens n'aura pas reçu toute l'attention qu'il mérite, cet enjeu demeurera sur notre Liste de surveillance.